toyota_corolla_10th_ tenth_generation

C'est peut-être la dixième génération de la Corolla qui a finalement évincé l'Avensis du marché. Et en effet, pourquoi en aurions-nous besoin alors que la Corolla elle-même est solide et pratique ? La Toyota Corolla est traditionnellement l'un des véhicules les plus liquides et les plus fiables sur le marché secondaire. Il n'est pas possible d'économiser beaucoup d'argent en l'achetant, mais les problèmes d'exploitation et de revente sont minimes.

L'idée des artistes et des ingénieurs repose sur deux principes : le dynamisme et la logique. Toyota aspire à combiner la forme et la fonctionnalité, la simplicité discrète, l'expressivité et l'énergie dans une seule voiture. Des éléments apparemment incompatibles trouvent un compromis étonnant dans le design et la technologie, ce qui éloigne la voiture du concept habituel de "classe golf".

Histoire de la Toyota Corolla

La Toyota Corolla de dixième génération s'est déclinée en deux variantes principales : une carrosserie légèrement plus compacte avec l'indice E140 pour les marchés japonais et américain et la carrosserie "intelligente" E150 pour le reste du monde, y compris l'Europe. Toutes deux étaient basées sur la même plate-forme modulaire Toyota MC, qu'elles partageaient avec l'Avensis, la Camry, le RAV4, le Hihglander et une bonne douzaine d'autres modèles du groupe japonais. Nous nous intéressons bien sûr à la Toyota Corolla E150. Elle a fait ses débuts fin 2006 au salon de l'automobile de Pékin, et les ventes en Europe ont commencé au même moment. Parmi les voitures européennes, il y a parfois des voitures fabriquées en Turquie, mais la quasi-totalité des Toyota Corolla européennes viennent du Japon. En 2010, la Corolla a été restylée : les phares et les pare-chocs ont été modifiés, et l'intérieur a été légèrement remanié. L'éclairage des instruments, par exemple, est devenu blanc au lieu d'orange, et le volant a reçu un biseau sportif le long de la corde. Plus important encore, au lieu du moteur de base de 1,4 litre, le modèle reçoit un moteur encore plus modeste de 1,3 litre. Sa puissance est de 101 ch contre 97, ce qui peut être considéré comme un inconvénient plutôt qu'un avantage. L'augmentation de la dynamique n'a pas été ressentie, mais le taux de la taxe de transport a été augmenté. Avant même le restylage, en 2009, les ingénieurs ont procédé à des réformes de la transmission. En 2007-2009, la Corolla destinée au marché européen était équipée d'une transmission robotisée. Les propriétaires se plaignaient de chocs désagréables lors des changements de vitesse et regrettaient l'ancienne transmission hydro-mécanique. En conséquence, une unité à 4 vitesses provenant de l'ancienne Avensis a été installée. Bien que l'accélération soit devenue un peu plus lente et que le tempérament soit devenu plus léthargique, le public a accepté favorablement la transmission automatique améliorée par le temps.

Les Européens ont beaucoup acheté de Corolla, c'est pourquoi il n'y a pas de problème pour trouver la voiture qu'il faut. Cependant, il n'y a pas beaucoup d'exemplaires de l'année 2006 (après tout, les débuts européens n'ont eu lieu qu'en décembre), mais les modèles plus récents sont abondants. Il n'y a pas de variété de carrosserie - vous ne pouvez choisir qu'une berline, car le constructeur a séparé le bicorps de la dixième génération en un modèle distinct, l'Auris. Il existe parfois des Toyota Corolla Fielder E140 break avec conduite à droite.

La Corolla se conduit de manière calme et mesurée, avec des changements de vitesse en douceur. Mais si vous mettez la boîte de vitesses automatique en mode sport ou manuel, vous ne reconnaîtrez pas la Corolla ! La berline accélère brusquement de la première à la quatrième vitesse et affiche une limite de vitesse impressionnante : 200 km/h ! En outre, bien que la berline ne soit pas un véritable "sportif", elle peut prétendre au titre de meilleur simulateur de course.

Le choix des motorisations n'est pas non plus extraordinaire. 89 % des offres sur le marché sont des voitures équipées d'un moteur atmosphérique de 1,6 litre (124 ch) avec un système de distribution variable VVT-i. Sur cette part, 31 % sont équipés d'une boîte de vitesses manuelle et 58 % d'une boîte de vitesses automatique. Il convient de préciser que jusqu'en 2009, la Corolla était livrée sur le marché européen avec une boîte de vitesses robotisée, et après 2009, avec une boîte de vitesses automatique hydromécanique classique. Hélas, il n'existe pas de statistiques sur les transmissions spécifiques. Il est important de comprendre que la boîte robotisée offre une accélération plus intéressante, mais qu'elle "pousse" au passage des rapports, tandis que la boîte automatique est plus lente, mais douce. La part restante est partagée par les moteurs de petite cylindrée équipés d'une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports - ils sont souvent achetés pour les flottes d'entreprise. Sur ce marché, 6 % sont des voitures équipées d'un moteur de 1,4 litre produit avant 2010, et 2 % sont des voitures équipées d'un moteur de 1,3 litre plus récent. Les 3 % restants sont des voitures avec conduite à droite, équipées d'un moteur de 1,5 litre et d'une boîte automatique, et il est extrêmement rare de trouver une Corolla diesel en Europe.

En Europe, toute Toyota a l'image d'une voiture incroyablement fiable et pratique. Bien que ces voitures japonaises soient aujourd'hui d'une qualité bien inférieure à celle de leurs prédécesseurs des années 80 et 90, le stéréotype est bien ancré. La Toyota Corolla devient lentement moins chère. Et, si l'on en croit les kilométrages annoncés, elle ne roule presque jamais. Cette dernière affirmation est bien sûr absurde. Regardez les statistiques concernant les voitures d'un an : le kilométrage annuel moyen est de 20 000 km. À partir de deux ans, le kilométrage augmente très lentement, ce qui ne peut signifier qu'une chose : la voiture est tordue. Entre 2009 et 2010, on peut s'attendre à une forte hausse des prix due au restylage. La différence de prix entre 2010 et 2011 est un peu moins justifiée, car les voitures ne sont pas différentes. En outre, la perte de coût se fait en douceur. C'est compréhensible : une voiture de plus de cinq ans a de fortes chances de donner des maux de tête pour l'entretien, et les gens croient sincèrement que dans le cas de Toyota, cette probabilité sera plus faible. Et plus la demande est forte, plus le prix est élevé.

Quels sont les problèmes de la Toyota Corolla ?

toyota_corolla_10th_gen_ exterior

La Toyota Corolla 10e génération est devenue un digne continuateur des traditions établies par ses prédécesseurs. A l'exception de quelques moments problématiques, la voiture est incroyablement fiable, et la plupart des propriétaires conduisent avec plaisir leur Corolla pendant 120-150 mille kilomètres sans aucun problème. Sur le marché secondaire, il n'est pas difficile de trouver une Corolla sans problème si l'on prend le temps de vérifier les différents éléments.

La carrosserie

La carrosserie de la Corolla n'a pas une tendance accrue à la corrosion, de sorte que même les plus petites taches de rouille et les araignées sont la preuve d'une mauvaise réparation de la carrosserie à la suite d'un accident. Cependant, les voitures d'avant-stylage ont souvent des gicleurs de lave-glace de phares bloqués. Les modèles plus récents sont exempts de ce problème.

Le moteur

Les trois moteurs de la Corolla sont des moteurs atmosphériques simples à injection répartie. Le système de distribution variable VVT-i des moteurs 1,6 litre ne pose aucun problème. Un autre avantage indéniable est la possibilité de faire le plein avec de l'essence 92 rd (l'adaptation au marché américain est payante), mais on ne peut pas économiser sur l'huile - jusqu'à 1 à 2 litres pour 10 000 kilomètres, et la documentation officielle autorise jusqu'à 1 litre pour 1 000 kilomètres. D'une manière générale, il est utile de vérifier régulièrement la jauge d'huile. Exclusivement sur les modèles pré-styling, il y a eu des problèmes avec la pompe à liquide de refroidissement et le presse-étoupe du tendeur de la chaîne de distribution - ils ont tous les deux fui. Les bougies d'allumage d'usine sont en iridium. Leur durée de vie réelle est d'environ 100 000 kilomètres.

Transmission

Il n'y a rien à dire sur la boîte de vitesses manuelle et la boîte de vitesses automatique hydro-mécanique - les deux unités sont dépourvues de tout défaut de conception évident. Mais la boîte de vitesses robotisée dont disposait la Toyota Corolla avant son restylage est capable de faire couler beaucoup de sang. Secousses et bosses lors du passage des vitesses, passage spontané au point mort, surchauffe des plaquettes de friction de l'embrayage... Ce n'est pas une liste exhaustive des pannes qui hantent la malheureuse voiture. Dans le cadre de la garantie, les propriétaires de Corolla ont reçu un nouvel actionneur d'embrayage et une nouvelle butée, ainsi qu'une unité de contrôle de la transmission dotée d'un nouveau microprogramme. Après cette mise à jour, le robot cesse généralement de tomber en panne, même si la nature nerveuse de son travail persiste. Il n'est pas surprenant qu'à l'occasion du restylage, la boîte de vitesses ait été remplacée par une transmission automatique classique.

Châssis

La seule pièce franchement malheureuse de la Toyota Corolla 10, y compris la version restylée, est la colonne de direction. Avec le temps, la croix et le pignon de l'arbre de direction se détachent. Tout cela génère un méchant cliquetis, particulièrement audible sur les bosses. La colonne a été remplacée dans son ensemble sous garantie. Si le cliquetis se produit après la fin de la garantie, il est plus facile de trouver un service de club où les maîtres sont bien conscients du défaut et retravailleront la colonne moyennant un supplément de prix. Toutefois, sur certaines voitures, le défaut d'un haut-parleur n'est pas visible, de sorte que l'on suppose que le remplacement d'un ensemble de haut-parleurs peut résoudre le problème, même si ce n'est pas bon marché. En outre, sur les premières Colognes avant le restylage, il y a d'autres défauts du train roulant : en particulier, l'usure rapide des coussinets de la barre antiroulis et des roulements de support des amortisseurs avant.

L'électricité

L'équipement électrique de ces voitures est très fiable et ne pose aucun problème de fonctionnement. Il est vrai que sur les modèles d'avant garde, le relais de l'enrouleur du démarreur est souvent défaillant. Une autre chose à retenir est qu'après chaque retrait de la batterie (par exemple pour la recharger en hiver), il faut "apprendre" la pédale d'accélérateur électronique, car sans initialisation, elle commence à flotter dans le sens des aiguilles d'une montre.

Intérieur

toyota_corolla_10th_gen_ interior

La plupart des voitures présentent des panneaux grinçants, bien qu'il y ait des panneaux "silencieux". Sur les premières versions, le toit fuyait parfois, et l'eau abîmait le revêtement du plafond. Dieu merci, ce défaut a été éliminé lors de la mise à jour.

Quel est le meilleur modèle de Toyota Corolla ?

Si vous recherchez une voiture fiable et sans prétention, qui sera facile à revendre plus tard, choisissez la Toyota Corolla E150. L'achat d'une version précoce est un risque, car certaines maladies infantiles peuvent causer des problèmes. Vous n'avez pas envie, par exemple, d'acheter une nouvelle pompe ou de changer la garniture de toit après une fuite... Il est donc préférable de choisir une voiture dont l'année de fabrication ne dépasse pas 2010.

L'intérieur de la Corolla est plutôt spacieux, mais on ne peut pas lui reprocher une orientation excessive vers l'utilitaire. Le plastique gris poli souligne efficacement la console centrale incurvée par rapport à l'ensemble noir de la face avant. Les matériaux des garnitures de portes et du tableau de bord sont doux et "chers" au toucher. Que dire de la qualité de l'assemblage et de la finition des détails ? La Corolla est assemblée dans la mère patrie.

Si vous décidez d'acheter une Corolla ancienne, oubliez la transmission automatique. Le risque de se retrouver avec un robot problématique est très élevé, et cela ne justifie pas une dynamique assez bonne (boîte de vitesses relativement hydromécanique). Il vaut mieux éviter les moteurs 1.4 et 1.3 à faible volume. Ils ne poseront pas de problème en service, mais ils offrent une accélération très lente. De plus, à la revente, la demande pour ces moteurs est évidemment plus faible, ce qui vous obligera à en réduire le prix à l'avenir. Autre argument en défaveur de la Corolla : les modèles "faibles" sont souvent achetés pour des flottes d'entreprise et sont donc activement utilisés. Les propriétaires privés sont toujours plus attentifs à leur voiture. Traditionnellement, nous recommandons de ne pas être pressé. La Toyota Corolla était et reste un modèle très populaire, et le choix est donc toujours très vaste. S'il y a quoi que ce soit de suspect (sueur sur la peinture, absence de carnet d'entretien, déclarations confuses du propriétaire), refusez cette voiture et cherchez-en une autre.